Présentation.

Publié le par Serge

Bienvenue à toutes et tous. 

Vous souvenez vous du chef inspecteur Dreyfus? 
Le personnage fourbe et cupide mis en scène par Blake Edwards? 
La Panthère Rose? 
L'ennemi juré de l'inspecteur Clouseau joué par Peter Sellers? 

la-malediction-de-la-panthere-rose-the-revenge-of-the-pi-002.jpg

Mais si voyons, le personnage ridicule frappé d'un ptôsis neurologique, ou frétillement convulsif des paupières! 

Le Palpébral Gesticulus !!! 

Content que la mémoire vous revienne… 
Et bien ce personnage existe encore! 
Hélas dans un autre registre que celui de l’humour! 

Il se nomme Orlando de Rudder, et avec un de ses amis, un dénommé Pascal Perrot aka Poetic Gladiator (qui se présente comme ne mâchant pas ses mots sur son blog), il s’amuse à maltraiter les blogueurs et les mineurs. Pascal Perrot va même jusqu'à avouer les violenter. 

Ici sur ce blog, ne vous attendez pas à des révélations imaginaires, tout ce qui apparaîtra ici sera vérifiable aisément, et chaque fois un lien hypertexte cliquable vous sera donné pour contrôler par vous même la véracité des faits publiés. 

En clair, je vous donnerai à lire ici, les actes d'écriture qu'ils auront eux mêmes signés et avoués

A vous de construire votre propre opinion, la mienne ne vous servira à rien, je suis déjà écoeuré depuis longtemps... 

Vous constaterez que parfois, les « amis virtuels » de ces deux personnes s’associent ouvertement à ces malveillances. S’agissant d’écrivains ou écrivants pour la plupart, et donc possédant : 
une intelligence hors du commun, 
une parfaite maîtrise de la langue, 
et un sens du respect et de l'humanisme profondément ancrés, 
il ne saurait être question de non responsabilité de leurs mots. 

A noter que les amis des deux écrivains réagissent bienveillamment quand il s’agit d’art ou de littérature et donc qu’ils lisent toute la production de Orlando de Rudder et de Pascal Perrot. Il est donc parfaitement envisageable que leurs silences soient aussi des marques d’assentiment. A moins qu’ils aient peur d’intervenir. Mais peur de quoi ? Que s’envole leur notoriété ? Quelle notoriété ? Celle de ce monde médiatique où tout est éphémère et menacé de disparition suite à un simple orage au dessus du hangar qui abrite les serveurs hébergeant les weblogs ? 
Il n’est pas possible que ce soit cette peur… 
Quoique… 
Le besoin de reconnaissance égotique pousse parfois à raison garder… Et à se taire complaisamment...

Publié dans Généralités

Commenter cet article

orlando de rudder 18/09/2007 17:26

Il n'y a rien dans nos propos de répréhensible! Et pascal n'a jamis vilenté qu que ce soit.Vote blog est à charge! Encore bravo!
Nus n'avons rien fait de mal et ce que je dis ne tombeas sousle cup de la loi! Vous, si. Hi! Hi! Une enquête confirmera!

Pascal Perrot 18/09/2007 17:02

J'ajoute de plus que vous cherchez fort mal sur le Net. Une avance plus poussée vous eût permis de découvrir que j'ai été le 2000ème invité de l'émission Radioscopie de Jacques Chancel, sur France Inter, à treize ans pour des poèmes parus dans une revue, ne vous en déplaise. De plus, j'ai publié sur mon blog, dans la rubrique "Antiquités", beaucoup de textes écrits à 18 ans. Pourquoi pas avant ? Tout simplement parcequ'antérieurement, peu de poèmes sont datés et que j'en ai de plus perdu beaucoup. Pourquoi ne mettez-vous donc pas le lien vers le site unpeudepoesie, à la page même qui est source de vos accusations ? Sans doute craignez-vous que chacun puisse constater la fausseté de vos affirmations et l'extrême approximation de vos propos ?

Pascal Perrot 18/09/2007 15:55

Votre blog multiplie les accusations mensongères et les propos diffamatoires avec une bassesse écœurante, n'hésitant pas à accumuler de plus les contre-vérités. J'accumule les preuves que vous disséminez ici et là avec tant de générosité. Ce n'est pas moi qui vous rechercherait monsieur, mais bel et bien la police. J'avais pensé jusqu'alors me contenter d'une main courante, mais puisque vous persistez dans le mensonge et l'infâmie,et la gravité de vos accusations, ce me semble la moindre des choses de pousser l'affaire jusqu'à la plainte